Wall Street dicte sa loi

Par Andre Damon
7 janvier 2019

La Réserve fédérale a envoyé un message clair à Wall Street vendredi : elle ne permettra pas la fin du plus long marché haussier de l’histoire américaine. Le message a été reçu haut et fort et le Dow Jones a gagné plus de 700 points.

Des centaines de milliers de travailleurs fédéraux sont toujours en congé forcé ou obligés de travailler sans salaire alors que la fermeture partielle du gouvernement entre dans sa troisième semaine, mais la banque centrale américaine indique clairement que toutes les ressources de l’État sont à la disposition de l’oligarchie financière.

Réagissant à l’effondrement du marché jeudi, à la suite d’un sombre rapport d’Apple et de signes d’un ralentissement de la production en Chine et aux États-Unis, la Réserve fédérale a déclaré qu’elle était « à l’écoute » des marchés et qu’elle allait abandonner ses plans visant à relever les taux d’intérêt.

S’exprimant lors d’une conférence à Atlanta, où il était accompagné de ses prédécesseurs Ben Bernanke et Janet Yellen, qui avaient tous deux travaillé à la relance de la bulle boursière après le krach financier de 2008, le président Jérôme Powell a signalé que la Réserve fédérale annulera ses deux augmentations tarifaires prévues pour 2019.

« Nous écoutons attentivement les messages que les marchés envoient », a-t-il dit, ajoutant que la banque centrale serait « patiente » pour imposer de nouvelles hausses de taux. Pour souligner ce point, il a déclaré : « Si jamais nous arrivions à la conclusion que l’un ou l’autre aspect de nos plans posait problème, nous n’hésiterions pas à le changer ».

Cet engagement extraordinaire en faveur de Wall Street fait suite à la chute de 660 points de l’indice Dow Jones des valeurs industrielles, jeudi, qui a couronné le pire début sur deux jours pour une nouvelle année boursière depuis l’effondrement de la bulle dot.com.

William McChesney Martin, président de la Fed de 1951 à 1970, avait laissé une citation célébre disant que son travail consistait à « enlever le bol de punch au moment où la fête commence ». Maintenant, la tâche du président de la Réserve fédérale est de plier les riches fêtards avec des shots de tequila dès qu’ils commencent à dessoûler.

Les propos de Powell ont été particulièrement frappants étant donné qu’ils ont suivi la publication vendredi du rapport sur l’emploi le plus optimiste depuis plus d’un an, avec des chiffres, y compris la plus forte croissance des salaires en glissement annuel depuis la crise de 2008, unanimement salués comme « stellaires ».

Alors que les marchés financiers américains ont connu le pire mois de décembre depuis la Grande Dépression, au milieu des craintes croissantes d’une récession imminente et d’une nouvelle crise financière, les analystes n’ont pas tardé à souligner qu’il n’y a pas de signes « durs » de récession aux États-Unis.

Les indices « Dow Jones » et « S&P 500 » ont chuté de plus de 15 pour cent par rapport à leurs récents sommets, tandis que le NASDAQ à forte intensité technologique est entré en territoire baissier, généralement défini comme une baisse de 20 pour cent par rapport aux récents sommets.

Les marchés, a admis Powell, sont « bien en avance sur les données ». Mais ce sont les marchés, et non les « données », que Powell écoute.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les marchés baissiers ont été observés, en moyenne, tous les cinq ans et demi. Mais si la tendance actuelle se poursuit, le Dow Jones atteindra 10 ans sans un marché baissier en mars, malgré les récentes pertes.

Aujourd’hui, la Réserve fédérale s’est engagée à fournir les ressources nécessaires pour éviter la correction substantielle du marché. Mais cela signifie seulement que lorsque la correction viendra, comme inévitablement elle doit, elle sera d’autant plus sévère et la Réserve fédérale aura d’autant moins de pouvoir pour l’arrêter.

Du point de vue de l’histoire de l’institution, le rôle plus ou moins explicite que joue actuellement la Réserve fédérale comme filet de sécurité pour le marché boursier est relativement nouveau. Fondée en 1913, la Réserve fédérale a le « double mandat » d’assurer à la fois une stabilité maximale de l’emploi et des prix depuis la fin des années 1970. Les responsables de la Fed ont traditionnellement nié avoir été influencés dans leurs décisions politiques par un désir de faire grimper le marché boursier.

Mais comme toutes les institutions de l’État capitaliste, la banque centrale a pour fonction de ne pas protéger de manière impartiale et égale les intérêts des travailleurs et des capitalistes. Au contraire, pour citer le Manifeste communiste, c’est une partie essentielle du « comité de gestion des affaires communes de toute la bourgeoisie ».

Le président de la Réserve fédérale Paul Volker, nommé par le président démocrate Jimmy Carter en 1979, a délibérément provoqué une récession économique en faisant passer le taux d’intérêt de référence des fonds fédéraux au-dessus de 20 pour cent. Son objectif très conscient, au nom de la lutte contre l’inflation, était d’annuler un mouvement salarial des travailleurs américains en provoquant des fermetures d’usines et en augmentant le chômage.

Les actions de la Réserve fédérale sous Volcker ont ouvert la voie à une vaste redistribution des richesses vers le sommet de la société, facilitée d’une part par la répression de la lutte de classe par les syndicats et d’autre part par une montée vertigineuse et incessante de la bourse.

La récession de Volker, conjuguée à l’écrasement par l’Administration Reagan de la grève des contrôleurs aériens PATCO de 1981, a entraîné des décennies de licenciements massifs, de désindustrialisation et de concessions salariales et sociales, ce qui a fait chuter la part du travail dans le revenu national total année après année.

Il s’agissait également de décennies de déréglementation financière, qui ont mené à la crise de l’épargne et du crédit de la fin des années 1980, à la bulle Internet de 1999-2000 et pire que tout, à la crise financière de 2008.

Dans chacune de ces crises, la Réserve fédérale a procédé à ce que l’on a appelé l’« option de vente Greenspan » (plus tard l’« option de vente Bernanke »), une garantie implicite pour soutenir les marchés financiers, incitant les investisseurs à prendre des risques toujours plus grands.

En 2008, cela a entraîné la crise financière la plus profonde et la plus systémique depuis la Grande Dépression, ce qui a incité le président de la Réserve fédérale, Bernanke, le président de la Réserve fédérale de New York, Tim Geithner, et le secrétaire au Trésor, Henry Paulson (ancien PDG de Goldman Sachs) à organiser le plus important sauvetage bancaire de l’histoire humaine.

Depuis lors, la Réserve fédérale a mené la politique monétaire la plus accommodante de son histoire, maintenant les taux d’intérêt à zéro ou près de zéro pour cent pendant six ans. Il a complété la disponibilité de ces emprunts quasi gratuits pour l’élite financière avec son programme d’« assouplissement quantitatif » de plusieurs milliers de milliards de dollars pour imprimer la monnaie à emprunter.

L’effet est visible dans la richesse toujours plus stupéfiante de l’oligarchie financière qui, depuis la crise financière, a constamment bénéficié d’un rendement des investissements de l’ordre de 10 à 20 pour cent par an, alors même que les revenus des travailleurs ont stagné ou baissé.

La société capitaliste américaine est accrochée à la croissance toxique de l’inégalité sociale créée par la bulle boursière. Ceci, à son tour, favorise le cadre politique non seulement pour les modes de vie décadents des oligarques financiers, qui possèdent chacun, en moyenne, une demi-douzaine de manoirs dans le monde, un jet privé et un énorme yacht, mais aussi pour la périphérie plus large de la classe moyenne supérieure aisée, qui leur donne une légitimité et un soutien politiques. Ces couches sociales d’élite déterminent la vie politique américaine, dont la grande masse des travailleurs est effectivement exclue.

La Réserve fédérale est un mécanisme clé pour perpétuer tout ce système dégoûtant, dans lequel « Wall Street dicte sa loi ». Mais ses services en faveur des riches et des super-riches ne font qu’aggraver les contradictions fondamentales et insolubles du capitalisme, plongeant le système dans une dette toujours plus grande et faisant en sorte que la prochaine crise soit d’autant plus violente et explosive.

Dans cette crise qui s’intensifie, la classe ouvrière doit affirmer ses intérêts indépendants avec autant de détermination et d’absence de remords que la classe dirigeante. Elle doit répondre à la contre-révolution sociale de la bourgeoisie par le programme de la révolution socialiste.

(Article paru d’abord en anglais le 5 janvier 2019)