Les travailleurs allemands expriment leur solidarité avec les Gilets jaunes français

Par nos correspondants
11 décembre 2018

Les travailleurs allemands ont exprimé leur sympathie pour les manifestations de masse des Gilets jaunes en France. De nombreux travailleurs en Allemagne partagent les mêmes griefs et reconnaissent qu’ils sont également face à des politiques qui favorisent les riches.

Ces points de vue ont été révélés lorsque les candidats du Parti de l’égalité socialiste (SGP) se sont entretenus des travailleurs à plusieurs endroits vendredi dernier.

Dans l’ouest de Francfort, dans le parc industriel Höchst, quelque 90 entreprises emploient plus de 20 000 travailleurs. Ici, de nombreux travailleurs suivent les événements en France avec beaucoup d’attention.

Éric, technicien chimiste de formation, a estimé que les protestations en France étaient justifiées. « Les travailleurs en Allemagne peuvent apprendre une chose ou deux des Gilets jaunes », a déclaré Éric à Marianne Arens, qui se présente aux élections européennes de 2019 pour le SGP. « Ils ne supportent pas tout ». Il suit leur mouvement sur Facebook : « Les nouvelles ne sont pas objectives. Ils tentent de faire paraître les gilets jaunes sous un mauvais jour, parce qu’ils ont peur qu’ils ne se répandent ici ».

Les raisons de mécontentement sont nombreuses dans le parc industriel de Höchst : Sanofi, la multinationale pharmaceutique française, est en train de supprimer plus de 300 emplois. Même les emplois chez Bayer AG ne sont pas sûrs. Bayer, qui exploite un service de recherche et une usine de fabrication de pesticides à Francfort, a annoncé qu’elle allait supprimer 12 000 emplois. Presque tous ceux qui passent par là connaissent quelqu’un de Bayer et savent qu’ils sont inquiets pour l’avenir. « Maintenant, les travailleurs doivent payer pour le fait que Bayer a dépensé des milliards [66 milliards de dollars US] pour acheter Monsanto », a commenté un travailleur de la chimie.

« Les Français font exactement ce qu’il faut », a déclaré Jörg, un travailleur temporaire dans le parc industriel. Il y a quelques années, il a commencé à travailler pour Hoechst AG [qui était alors une entreprise chimique allemande] en tant qu’employé permanent, mais lorsque Sanofi a racheté l’entreprise pharmaceutique, il a pris les indemnités pour la perte de son emploi et est parti. Explique Jörg : « Ces développements sont également critiqués en Allemagne, mais à la fin, tout est oublié. Les Français sortent dans la rue et se défendent. Si nécessaire, ils s’unissent et protestent ensemble. Je pense que c’est bien. On ne devrait pas avoir à supporter tout ça. »

À titre d’exemple, Jörg a fait remarquer que le gouvernement a relevé l’âge de la retraite à 67 ans. « Tout le monde sait qu’il est pratiquement impossible pour les travailleurs qui commencent à l’âge de 15 ans et qui travaillent par quarts pendant plus de 40 ans de continuer comme ça jusqu’à 67 ans. En fin de compte, c’est une question de réduction des pensions de retraite ! » Jörg a été très impressionné par le mouvement en France, exhortant les travailleurs allemands à faire preuve de solidarité et à faire la grève, « sinon vous ne pouvez pas vous attendre à ce que les choses changent ».

Dans l’usine BMW de Berlin-Spandau, de nombreux travailleurs ont également réagi positivement aux manifestations en France. Lorsqu’on leur a demandé de réagir aux gilets jaunes, certains travailleurs ont levé les pouces enthousiastes et ont crié : « C’est exactement ce que nous devons faire ici ! » Au début, cependant, certains travailleurs ont réagi avec prudence, car ils avaient surtout entendu parler des émeutes.

« C’est parce que de nombreux médias diffusent la mauvaise image », explique Benni, qui conduit un chariot élévateur à fourche dans l’usine BMW. « Ils ne discutent pas de ce que représente le mouvement. Il ne s’agit plus seulement des prix du carburant, mais de l’augmentation des salaires et des pensions, et de la lutte contre les inégalités sociales. »

Ces questions sont également très pertinentes en Allemagne, a-t-il observé. « En fait, il faudrait déclencher une grève générale. Les choses ne bougent pas tant que tout le monde ne frappe pas ensemble. Le mouvement en France devrait devenir un mouvement européen. »

Bien qu’il ait terminé sa formation de technicien alimentaire, le jeune homme de 27 ans a travaillé pendant des années dans diverses agences de travail temporaire. Benni a d’abord été embauché comme intérimaire pour un sous-traitant dans l’usine BMW, puis embauché directement sur place, mais uniquement dans le cadre d’un contrat à court terme. « Maintenant, ils viennent de me prolonger d’un an. Malgré de très bons résultats et de faibles congés de maladie, je ne peux pas trouver un emploi permanent ».

En conséquence, Benni ne peut rien prévoir pour son avenir. Il est avec sa petite amie depuis trois ans et ils veulent avoir des enfants, « mais un enfant est devenu aujourd’hui un objet de luxe que nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre ». Les coûts augmenteraient chaque année, mais pas leurs revenus.

Benni avait déjà lu la déclaration électorale du SGP et pensait que le parti avait de bonnes politiques. L’égalité sociale doit être le principe selon lequel la société est organisée.

Michael a également sympathisé avec le mouvement en France et espère qu’il s’étende. « Si tout le monde faisait la grève, une grève générale, alors quelque chose changerait ! » Michael a 48 ans et travaille pour Edeka, la plus grande chaîne de supermarchés allemande. Il a expliqué en détail comment les employés font face à une pression et à un contrôle accrus. Son travail a été relocalisé et il doit maintenant faire deux heures de trajet par jour. Il aimerait déménager, mais il ne peut tout simplement pas le faire en raison de la hausse des loyers. « C’est de plus en plus comme aux États-Unis. Il faut trois boulots pour rester à flot ».

Pour Michael, l’indépendance des Gilets Jaunes vis-à-vis des syndicats a été particulièrement remarquable, car il a eu de mauvaises expériences avec les syndicats dans le passé. « Ils bavardèrent, ils font un petit quelque chose et puis s’arrêtent ».

Les pompiers de Berlin ont décrit des expériences similaires lorsqu’on leur a posé des questions sur les Gilets jaunes. Confrontés depuis des années à une détérioration constante des conditions de travail, les pompiers s’opposent directement à Verdi (le principal syndicat allemand) et au Sénat de Berlin (actuellement une coalition des sociaux-démocrates, du parti de gauche et du parti vert).

Les pompiers de Berlin se sont joints la semaine dernière à l’association BerlinBrennt e.V. (« Berlin brûle ») pour faire campagne en faveur de meilleures conditions de travail. Ils exigent une augmentation significative des indemnités, des transports réguliers et une planification plus souple des listes de candidats. Les employés sont accablés par des quarts de travail de 12 heures et un manque constant de personnel. « Il n’y a eu que des coupes budgétaires depuis 1995 », a déclaré Reinhard Hampel, chef du BerlinBrennt e.V. L’infrastructure sociale de Berlin a été radicalement affaiblie, surtout sous la coalition Parti de gauche-SPD. Aujourd’hui, les deux parties poursuivent ces politiques, avec le soutien des Verts.

Plus tôt cette année, en mars et avril, des centaines de pompiers ont protesté contre les conditions de travail misérables qui, en fin de compte, mettent en danger la vie de la population. Verdi et le Sénat ont par la suite accepté des améliorations mineures, pour lesquelles il n’y a pas d’échéances. Même si les emplois et les nouveaux équipements promis venaient, ils ne représenteraient qu’une goutte d’eau dans l’océan.

C’est pourquoi, face à l’opposition des syndicats, les travailleurs manifestent à nouveau devant la mairie de Berlin. Comme les manifestants en France, certains d’entre eux portent des gilets de sécurité jaunes.

Hampel a expliqué que cela n’avait aucun rapport direct avec les événements français. C’était plutôt en réponse à une interdiction qui interdisait aux officiers de porter des uniformes pendant les manifestations. Alors les pompiers ont mis des gilets jaunes.

En fait, bien sûr, il y a un lien entre la manifestation des pompiers de Berlin et le mouvement des Gilets jaunes en France, a expliqué Markus Klein, candidat du SGP aux élections européennes de l’année prochaine. Lors d’une conversation avec Hampel, Klein a dit : « Comme en France, les travailleurs font face, non seulement aux attaques du gouvernement, mais aussi des syndicats. Les travailleurs de toute l’Europe font face aux mêmes problèmes, et donc le mouvement en France est objectivement l’expression d’un mouvement européen. »

La question centrale est donc d’unir les travailleurs du continent sur la base d’un programme socialiste. Dans cette perspective, le SGP se bat aux côtés de ses partis frères en France et au Royaume-Uni lors des prochaines élections européennes.

(Article paru d’abord en anglais le 10 décembre 2018)