Le Canada maintient l'accord de 15 milliards de dollars d’armes avec l'Arabie saoudite après le meurtre de Khashoggi

Par Roger Jordan
30 octobre 2018

Au cours des quatre semaines qui se sont écoulées depuis que le régime saoudien a fait assassiner le journaliste Jamal Khashoggi, le gouvernement libéral du Canada s'est efforcé d'éviter de critiquer Riyad, tout en insistant sur le fait que le Canada doit conclure un accord de 15 milliards de dollars sur les armes avec le royaume, un élément central de la domination impérialiste américaine sur le Moyen-Orient riche en pétrole.

De nationalité saoudienne, Khashoggi a disparu après être entré au consulat saoudien d'Istanbul le 2 octobre pour obtenir les papiers de divorce nécessaires au mariage avec sa fiancée turque. Au cours des trois semaines qui se sont écoulées depuis que sa disparition est devenue internationalement connue, le régime saoudien a désespérément tenté de nier toute responsabilité. Dans un premier temps, il a prétendu que Khashoggi avait quitté l'ambassade, puis qu'il était mort au cours d'une «bagarre». Plus récemment, il a déclaré avoir été victime d'un meurtre prémédité commis par des éléments «indépendants» des forces de sécurité saoudiennes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a évité d'accuser publiquement le prince héritier Mohammed Ben Salman, celui qui dirige réellement le royaume, d'avoir ordonné le meurtre de Khashoggi. Mais les autorités turques ont systématiquement divulgué des informations contredisant les affirmations de Riyad, y compris une vidéo de l'arrivée en Turquie d'une équipe saoudienne d'assassinat de 15 hommes. Tout indique que le journaliste saoudien a été torturé et décapité à l'intérieur du consulat, puis son corps démembré a été sorti clandestinement des lieux.

Devant l'indignation du public face à l'atroce assassinat de Khashoggi, le premier ministre Justin Trudeau et son gouvernement libéral ont passé les deux dernières semaines à répondre aux critiques croissantes des médias et l'opposition sur son insistance pour que le Canada respecte son contrat de 15 milliards de dollars pour fournir 740 VBL (véhicules blindés légers) fabriqués dans une usine General Dynamics à London en Ontario.

Durant la première semaine, Trudeau et la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland ont affirmé, comme ils l'ont fait par le passé, que la réputation internationale du Canada serait ternie si le Canada ne respectait pas le contrat, tout en soulignant que c'est le gouvernement conservateur Harper qui a conclu avec Riyad, en 2014, le plus important contrat d'armes jamais conclu pour le Canada.

Toutefois, le premier ministre Justin Trudeau a maintenant présenté un deuxième argument. L'annulation du contrat, insiste-t-il, entraînerait des pénalités financières massives. Au départ, Trudeau parlait d'un milliard de dollars, mais jeudi, il prétendait que les contribuables canadiens allaient devoir payer des «milliards de dollars». Selon M. Trudeau, l'entente est assujettie à des clauses de confidentialité strictes, de sorte que le gouvernement ne peut rendre publique la section sur les sanctions financières, ou toute autre partie de celle-ci. Autrement dit, le gouvernement doit être cru sur parole.

Les prétentions de Trudeau de se trouver dans une impasse juridique sont un subterfuge cynique et hypocrite.

La réalité, c'est que lui et son gouvernement n'ont fait que des déclarations d'inquiétude pour la forme au sujet du sort horrible de Khashoggi. Le langage le plus fort qu'Ottawa ait été prêt à employer est de décrire le flot évident de mensonges provenant de Riyad comme «non crédible».

Les commentateurs bourgeois ont noté un contraste entre la réaction tiède d'Ottawa à la mort de Khashoggi et les tweets de Freeland en août dernier dénonçant l'emprisonnement de militants des droits de l'homme par Riyad. Ce dernier a déclenché un vif conflit diplomatique, le prince héritier exigeant des excuses et Riyad rappelant son ambassadeur au Canada et annonçant une série de représailles économiques.

En réalité, dans les deux cas, les libéraux ont poursuivi les mêmes objectifs réactionnaires.

En août, le gouvernement libéral ne cherchait pas la confrontation avec Riyad. Il considérait les tweets comme un moyen de lui fournir une couverture politique au pays pour la vente controversée d'armes saoudiennes et a calculé que la critique serait interprétée par les Saoudiens comme n'étant rien de plus que la rhétorique habituelle des gouvernements occidentaux en matière de droits de l'homme pour camoufler leur intrigue et leur agression impérialiste.

Après tout, Trudeau et son gouvernement n'avaient jamais critiqué la guerre brutale que les Saoudiens mènent au Yémen depuis 2015 et qui a provoqué la plus grande crise humanitaire du monde. Quand il y a eu des preuves que des VBL construits au Canada étaient utilisés dans la guerre au Yémen et pour réprimer les manifestants chiites dans l'est de l'Arabie saoudite, le gouvernement libéral a délibérément ignoré cette réalité. Ni Trudeau ni Freeland n'ont jamais parlé de la décapitation par le régime absolutiste saoudien de plus de 150 personnes en 2017 ni de l'exécution de 48 prisonniers au cours des quatre premiers mois de cette année.

Il est incontestable qu'Ottawa est déterminé à maintenir le contrat d'armement de 15 milliards de dollars conclu avec Riyad. Mais la réaction discrète du gouvernement Trudeau au meurtre de Khashoggi ne se limite pas aux relations entre le Canada et l’Arabie saoudite.

Pour le gouvernement libéral et pour la bourgeoisie canadienne dans son ensemble, une considération encore plus fondamentale est le maintien et le renforcement de l'alliance militaire stratégique canado-américaine, qui est la pierre angulaire de la stratégie mondiale de l'impérialisme canadien.

Ottawa a été ébranlé lorsque l'administration Trump, qui a intensifié son partenariat stratégique avec Riyad dans le cadre de ses plans de guerre avec l'Iran, a refusé de se porter à la défense du Canada dans son conflit en août dernier. Dans ce qui a été perçu comme une gifle dans les cercles dirigeants canadiens, les représentants de l'administration Trump ont exhorté à maintes reprises Ottawa et Riyad à régler le différend entre eux.

Dans l'intervalle, le Canada a conclu un accord avec Washington sur un accord de libre-échange nord-américain «modernisé», mais pour ce faire, il a dû faire d'importantes concessions. Il s'agit notamment de changements visant à faire de l'ALENA un instrument plus efficace pour mener une guerre commerciale, comme une clause qui, pratiquement, empêche Ottawa et Mexico de conclure des accords de libre-échange avec la Chine sans avoir obtenu l'approbation préalable de Washington.

Le gouvernement Trudeau a compris le message. Si l'impérialisme canadien veut compter sur la puissance de l'influence militaire et géostratégique de Washington pour poursuivre ses intérêts prédateurs partout dans le monde, il doit se plier davantage à Washington, du moins sur des questions qu'il ne considère pas comme des intérêts fondamentaux.

L'administration Trump a presque publiquement annoncé qu'elle cherchait le moyen le plus rapide et le plus efficace de balayer l'affaire Khashoggi sous le tapis, afin de pouvoir reprendre une collaboration ouverte et active avec l'Arabie saoudite pour intimider et menacer l'Iran.

Par conséquent, le gouvernement Trudeau ne soulève que les critiques les plus discrètes à l'égard de l'assassinat saoudien de Khashoggi, qui était un initié du régime jusqu'à une récente dispute avec le prince héritier.

L'affaire Khashoggi n'a pas seulement mis en lumière la politique étrangère impérialiste du gouvernement Trudeau. Il a également démontré une fois de plus l'hypocrisie du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Sous la pression de la direction d'Unifor, le plus grand syndicat industriel du pays, le NPD a laissé promptement tomber ses critiques sur la vente d'armes saoudiennes pendant les élections de 2015, et jusqu'à récemment, il n'en parlait que peu ou pas du tout. Mais maintenant, dans l'espoir d'augmenter leurs résultats de sondage pathétiques, le chef du NPD, Jagmeet Singh, et ses collègues sociaux-démocrates pressent le gouvernement Trudeau d'abandonner le contrat sur les armes avec l’Arabie saoudite.

Les néo-démocrates feignent d'être scandalisés que le Canada soit associé à un régime qui viole grossièrement les droits de la personne et qui en fasse la promotion comme autre marché pour les alliés de l'OTAN de General Dynamics: soit les États qui forment la première alliance militaire interimpérialiste du monde, qui participe actuellement à des guerres en Afghanistan et en Irak, et qui cherchent à encercler et menacer la Russie de façon stratégique.

L'OTAN est dirigée par nul autre que Washington, le pays qui non seulement soutient le régime saoudien depuis des décennies, mais qui, au cours du dernier quart de siècle, a mené une série de guerres illégales qui ont détruit des sociétés entières, de l'Afghanistan à la Libye, et qui, avec l'appui du Canada, poursuit aujourd'hui une offensive militaire stratégique contre la Russie et la Chine, dotées de l’arme nucléaire. Parmi les autres États membres de l'OTAN, mentionnons la Grande-Bretagne, le principal allié de Washington dans la guerre en Irak; la France, qui, encore une fois avec l'appui du Canada, mène sa propre guerre néocoloniale en Afrique du Nord; l'Allemagne, qui se réarme frénétiquement; et une coterie d'autres puissances d’importance moindre.

Telles sont la défense des droits de la personne et l'opposition au militarisme impérialiste qu’adopte le NPD.

(Article paru en anglais le 29 octobre 2018)