Les élections au Mexique et les tâches politiques de la classe ouvrière

Par Bill Van Auken
2 juillet 2018

Les élections nationales qui se déroulent au Mexique dimanche posent des problèmes vitaux à la classe ouvrière mexicaine et internationale.

Après six ans de règne corrompu et brutal du gouvernement PRI du président Enrique Peña Nieto, le Mexique est embourbé dans une endémie de violence, des inégalités sociales sans précédent et des niveaux de chômage vertigineux ainsi qu’une pauvreté croissante pour la majorité de la population.

Le PRI au pouvoir, qui détenait le pouvoir incontesté de 1929 à 2000, est tellement détesté qu’il a choisi comme candidat un « technocrate », José Antonio Meade, qui n’est même pas membre du parti. Il est troisième dans les sondages, et il y a une possibilité distincte que le parti fasse face à une déroute nationale aux trois échelons : local, des états fédérés et fédéral.

Le candidat du PAN (Parti d’action nationale) de droite, avec lequel le PRI a alterné au pouvoir depuis l’aube du nouveau millénaire, Ricardo Anaya, l’ancien président de la Chambre des députés mexicaine est largement considéré comme un représentant du système corrompu de dessous-de-table et de pots-de-vin qu’il a présidé pendant qu’il était Président de la chambre des députés.

Avec la répudiation populaire massive de ces deux partis traditionnels au pouvoir, Andrés Manuel López Obrador, ancien maire de Mexico du parti MORENA (Mouvement de régénération national) et déjà candidat à trois reprises à la présidence, est projeté par quasiment tous les sondages à gagner l’élection du 1ᵉʳ juillet par une marge historiquement sans précédent.

L’arrivée au pouvoir de López Obrador ne sera pas un moyen de sortir de la crise actuelle, mais signifiera sa forte intensification et de nouveaux dangers pour la classe ouvrière mexicaine. Tôt ou tard, une administration dirigée par MORENA trahira les aspirations de masse à la fin des difficultés sociales et des souffrances que López Obrador a cyniquement exploitées.

Il y a sans aucun doute des illusions populaires substantielles dans López Obrador, ou AMLO comme il est populairement appelé. Un homme politique professionnel de 64 ans, il a commencé sa carrière dans le PRI, le quittant pour rejoindre le PRD (Parti révolutionnaire démocratique), et il s’est présenté deux fois en tant que candidat PRD à la présidence. Il a continué en fondant MORENA après que le PRD a viré brusquement vers la droite, en signant le « Pacte pour le Mexique » de Peña Nieto, qui a ouvert le marché du travail, le système éducatif et les secteurs de l’énergie, des finances et des télécommunications, aux projets de privatisation, et des prétendues « réformes » libérales.

Le meeting qui a fait la clôture de la campagne d’AMLO mercredi soir, mise en scène devant une foule qui bourrait le stade Azteca dans le sud de Mexico, a illustré la contradiction entre les illusions populaires au sujet de López Obrador et la réalité de sa position de classe et de son programme politique.

Tout en jurant que les partis du passé au pouvoir perdraient les élections, il a promis qu’il n’y aura pas « de représailles ». Cela signifie que les crimes des six dernières années, y compris la disparition et le probable assassinat des 43 étudiants d’Ayotzinapa avec d’innombrables autres massacres perpétrés par les forces de sécurité de l’État, sans parler de la corruption massive dont la dénonciation était la pièce maîtresse de la campagne d’AMLO, resteront impunis.

Il a promis que « nous rechercherons l’unité dans la mesure du possible ». En effet, les anciens responsables des PRI et des PAN sont déjà intégrés dans le cabinet potentiel d’AMLO, garantissant la continuité des politiques anti-ouvrières menées par les deux parties. Au cours des décennies.

Il se dit prêt à dialoguer et à conclure des accords avec Donald Trump, qui après Peña Nieto est l’homme le plus détesté du Mexique pour son racisme anti-mexicain non dissimulé, sa persécution des immigrés et sa demande que le Mexique paye jusqu’à 15 milliards de dollars pour construire un mur sur sa frontière. AMLO a déclaré qu’il proposerait à Trump la création de quelque chose « comme l’Ancienne Alliance pour le Progrès », le programme d’aide inauguré sous le président Kennedy en 1961 dans le but de rapprocher l’Amérique latine de l’impérialisme américain et d’éviter les révolutions nationalistes de gauche telles que celle de Cuba.

Comme López Obrador est devenu le vainqueur quasi certain des élections du 1ᵉʳ juillet, il a progressivement évolué vers la droite, alors même que l’oligarchie au pouvoir, qui le dénonçait naguère comme un démagogue cherchant à transformer le Mexique en un nouveau Cuba ou Venezuela, a modifié leur position afin de l’accepter.

En effet, le milliardaire Carlos Slim, l’homme le plus riche du Mexique et formellement l’homme le plus riche du monde, a récemment averti que si AMLO échouait à se faire élire comme président, le pays serait confronté à l’instabilité économique.

Lors d’une comparution devant les chefs des principales banques mexicaines en mars, le candidat de MORENA a promis que le « régime de la propriété » au Mexique serait respecté, sans projet d’expropriation ou de nationalisation. Il a juré sa fidélité à « l’économie de marché » et promis que ses politiques ne « toucheraient pas du tout le secteur bancaire ».

De même, ses assistants et conseillers ont repoussé les dénonciations antérieures d’AMLO sur la volonté de privatiser le secteur de l’énergie auparavant contrôlé par l’État mexicain et de l’ouvrir à l’exploitation par des conglomérats énergétiques internationaux, promettant que tous ces contrats seront respectés.

Les marchés ont déjà pris en compte la victoire de López Obrador et, de l’avis général, ne voient aucune menace pour les intérêts du capitalisme mexicain et mondial.

« Cette stabilité est peut-être surprenante », a déclaré le directeur général de la bourse mexicaine, José Oriol Bosch. « Il y a toujours ceux qui cherchent le négatif, mais ce qui est démontré sur les marchés, c’est que le pays est prêt pour ce processus. »

Après ses rencontres avec les dirigeants de grandes banques internationales telles que Citigroup inc. et JP Morgan Chase & Co. ces derniers mois, Wall Street est également optimiste sur une victoire d’AMLO.

Il ne peut être exclu, étant donné la crise profonde et les divisions amères au sein de la classe dirigeante mexicaine, que les élections de 2018 ne soient pas déterminées par le vote populaire, mais par la fraude électorale. Ce fut le cas en 1988, lorsque l’élection a été volée à Cuauhtémoc Cárdenas afin d’installer le candidat du PRI Carlos Salinas.

Cette année électorale a été la plus violente de l’histoire du Mexique, avec plus de 120 politiciens assassinés depuis le début de la campagne. Ces assassinats se déroulent dans le contexte d’une vague de violence continue, qui a fait 8000 victimes au cours de la même période, dans un pays où au moins 35 000 personnes sont classées comme disparues.

L’adoption d’une loi sur la sécurité intérieure l’année dernière a donné au président le pouvoir d’imposer ce qui équivaut à la loi martiale, en déployant l’armée dans la rue. Cependant, une tentative d’imposer un président dans de telles conditions pourrait rapidement plonger le Mexique dans un violent bouleversement social.

La classe ouvrière internationale a vécu des expériences amères avec des partis bourgeois comme MORENA, reposant sur des couches aisées de la classe moyenne et employant des phrases vaguement à gauche, tout en promettant « l’espoir » et « le changement ». De l’autre côté de la frontière, l’Amérique a fait une telle expérience avec le démocrate Barack Obama, salué par la pseudo-gauche comme un « président transformationnel », mais une fois au pouvoir il a imposé des politiques qui poussaient la guerre, accéléraient le transfert des richesses du bas vers le haut et augmentaient les déportations massives d’immigrés à des niveaux record.

Puis il y a eu l’élection de Syriza en Grèce. Acclamé par des partis de gauche petits-bourgeois à travers le monde, il est arrivé au pouvoir en 2015 sur la base de promesses de mettre fin aux mesures d’austérité imposées par l’UE, de capituler en quelques mois, de piétiner un référendum qui avait rejeté l’austérité par une majorité écrasante et d’imposer les coupes exigées par les banques internationales.

Il y a une similitude frappante entre les campagnes menées par Syriza et MORENA. Syriza a formé une coalition après les élections de 2015 avec les Grecs indépendants, un parti nationaliste de droite qui préconise des politiques anti-immigrés et un soutien à l’Église orthodoxe grecque, tout en s’engageant dans un antisémitisme ouvert.

Morena, le parti d’AMLO, fait campagne aux élections de dimanche dans le cadre d’une coalition comprenant le Parti de la rencontre sociale (PSE), un parti de droite composé principalement de chrétiens évangélistes qui milite contre les droits des homosexuels, le mariage homosexuel et l’avortement.

Cette symétrie remarquable n’est nullement une coïncidence. Dans les deux cas, l’alliance de ces présumés candidats bourgeois « de gauche » avec des partis d’extrême droite constitue un signal indubitable à l’establishment dirigeant : ensemble, ils peuvent être chargés de défendre les intérêts des capitaux nationaux et étrangers, y compris par le biais de la plupart des politiques de droite.

MORENA et AMLO représentent les intérêts du capitalisme. Il est notable que López Obrador n’ait pas embrassé ou salué les luttes explosives des travailleurs mexicains et opprimés, des manifestations des « gasolinazo » contre la hausse des coûts de l’énergie aux grèves des enseignants et aux luttes en cours des victimes de la violence de l’État.

Tout en promettant une forme de populisme complètement vide, une lutte contre la corruption – tout en garantissant l’impunité des corrompus – et une augmentation minime des programmes d’assistance sociale pour les pauvres, il est certain qu’une administration López Obrador répondra aux pressions de la classe ouvrière non pas avec des concessions, mais avec des attaques féroces dans la défense des intérêts de l’élite financière qui a embrassé AMLO.

La crise aiguë au Mexique et l’absence d’une politique indépendante pour la classe ouvrière soulignent l’urgence de construire une nouvelle direction révolutionnaire, une section du Comité international de la Quatrième Internationale, luttant pour unir les luttes de la classe ouvrière mexicaine avec celles des travailleurs aux États-Unis et à travers les Amériques pour mettre fin au capitalisme.

(Article paru d’abord en anglais le 30 juin 2018)