«Il faut arrêter de faire passer les profits avant les élèves»

Après quatre jours de grève en Oklahoma: les étudiants expriment leur appui pour les enseignants

Par Jerry White
6 avril 2018

La puissante grève de près de 40.000 enseignants de l’Oklahoma dure maintenant depuis quatre jours. Les éducateurs et leurs partisans continuant de réclamer des augmentations de salaire importantes et une forte augmentation du financement des 700.000 élèves des écoles publiques de l’État. La plupart des districts ont fermé les écoles hier en raison de la grève, et beaucoup d’autres ont annulé les cours jusqu’à aujourd’hui.

Les éducateurs n’ont montré aucun signe de recul, malgré l’accueil hostile de leurs demandes par le gouverneur et la législature de l’État, et les efforts des syndicats d’enseignants pour limiter la lutte à des appels impuissants dirigés vers les politiciens des deux partis du patronat.

Mercredi, des milliers d’enseignants, d’étudiants, de parents et d’autres travailleurs ont de nouveau rempli le bâtiment du capitole d’État à Oklahoma City, tandis que des milliers d’autres ont défilé à l’extérieur du bâtiment. Des lycéens et des collégiens ont organisé un rassemblement pour exprimer leur solidarité avec leurs enseignants.

Mercredi également, plus de 50 enseignants de Tulsa ont entamé une marche de 175 kilomètres vers la capitale de l’État. Ils prévoient de marcher environ 24-29 kilomètres par jour, en s’arrêtant dans les stations-service et en passant la nuit dans les gymnases des lycées. Ils seront rejoints par des centaines d’autres personnes au cours de la marche de sept jours pour l’éducation publique.

La bataille dans l’Oklahoma fait partie d’un mouvement des éducateurs à travers les États-Unis après la grève de neuf jours en Virginie-Occidentale. Les enseignants aux États-Unis et à l’étranger exigent l’annulation de coupes profondes qui ont été effectuées au cours de la dernière décennie et la fin de la campagne menée par la grande entreprise pour privatiser et démanteler l’éducation publique.

Comme dans d’autres États, la lutte en Oklahoma a été initiée par des éducateurs de la base qui ont utilisé les médias sociaux pour organiser l’opposition après des années de trahisons par les syndicats d’enseignants, qui ont collaboré à l’érosion du niveau de vie et des conditions dans les classes.

Part of the rally outside the state capitol building

«Nous avons dû provoquer les choses parce que tout ce que veulent les syndicats est la paix», a déclaré Dusty Hendon, enseignante de 21 ans d’expérience d’Oklahoma City Public Schools, au «World Socialist Web Site» à l’extérieur du bâtiment du capitole mercredi. «L’Association d’éducation d’Oklahoma (OEA) agit comme si elle avait commencé ce mouvement, mais ce sont des enseignants de la base sur des pages Facebook comme «La grève des enseignants d’Oklahoma – l’heure est maintenant venue !» (Oklahoma Teachers Walkout—The Time is Now!) qui l’ont commencée.

«Nous nous battons pour du financement pour nos enfants. Nous n’avons pas les ressources nécessaires pour enseigner dans nos classes, et ils ne nous aident pas, ils n’écoutent pas. Cela se produit à travers tout le pays, l’éducation n’obtient pas les ressources dont elle a besoin.»

«Les gouvernements des États ont les mauvaises priorités. Il s’agit pour eux de réduire plutôt les impôts pour les compagnies pétrolières», pointant du doigt le puits de pétrole «Phillips 66» juste en face du Capitole de l’État, ajoutant que «C’est ça qui est important pour les législateurs de l’État, pas l’éducation publique.»

Répondant à l’appel du Bulletin des enseignants du WSWS pour que les enseignants élisent des comités de la base pour que ce soient eux qui soient à la tête de leur lutte, et non les syndicats, Dusty a déclaré: «Nous avons besoin d’une organisation nationale d’enseignants; mieux encore, cela devrait devenir mondial.»

Les affiliés de l’Association nationale d’éducation (NEA) et de la Fédération américaine des enseignants (AFT) de l’État de l’Oklahoma travaillent désespérément pour empêcher les enseignants d’établir des canaux de communication avec leurs homologues de l’Arizona, du Kentucky, de la Floride et des autres États. Au lieu de cela, les syndicats ont abandonné les demandes des enseignants pour une augmentation de 10.000 $ et le rétablissement du financement aux niveaux d’avant 2008. Ils ont offert de mettre fin à la grève si les législateurs de l’État offraient une augmentation modeste du financement.

La gouverneure républicaine, Mary Fallin, et les législateurs des deux partis refusent de changer le projet de loi insultant qui a été adopté la semaine dernière sur les salaires et le financement des écoles. La loi repose sur la proposition du syndicat d’imposer des taxes régressives sur les cigarettes et le carburant. Bien que les syndicats continuent de qualifier cette comédie d’«historique», la loi ne fait rien pour augmenter la rémunération des enseignants et le financement des écoles qui sont presque aux niveaux les plus bas aux États-Unis.

Dans des commentaires à CBS News, Fallin a déclaré avec arrogance: «Les enseignants veulent plus, mais c’est comme avoir un adolescent qui veut une meilleure voiture.» Elle a ensuite blâmé les «groupes extérieurs», y compris «Antifa» (des groupes antifascistes), pour des troubles supposés au capitole de l’État. Il s’agit d’une répétition des déclarations mensongères faites par les législatures républicaines la veille – selon lesquelles elles auraient reçu des «menaces de mort» de manifestants payés venant de «Chicago et de la Californie» – qui sont utilisées pour criminaliser les protestations et faire taire toute dissidence.

Les démocrates de l’État d’Oklahoma, quant à eux, essaient de se faire passer pour des champions des enseignants, même si les démocrates au niveau de l’État et au niveau fédéral, y compris l’ancien président Obama, ont tous sabré l’éducation publique et d’autres services aussi impitoyablement que les républicains.

Les démocrates de l’État ont réclamé l’abolition de la réduction des taxes sur les gains du capital, ce qui aurait ajouté 100 millions de dollars en revenus annuels sachant très bien qu’ils ne pourront jamais faire passer cette mesure dans la Chambre de l’État dominée par les républicains. Ceci expose le véritable cynisme des démocrates. Ces mêmes coupes, y compris une réduction de l’impôt sur les revenus des plus riches, ont été menées à l’origine par le prédécesseur démocrate de Fallin, Brad Henry.

Dusty

Pour tenter de démoraliser les enseignants, la présidente de l’Association d’éducation d’Oklahoma, Alicia Priest, et Princesse Moss, la présidente de l’Association d’éducation de la Virginie et membre du conseil exécutif de l’Association d’éducation nationale, ont déclaré aux enseignants mercredi qu’ils ne pouvaient que continuer à supplier ces politiciens bourgeois «de faire leur travail» et voter pour les démocrates en novembre.

«Combien d’entre vous êtes prêts à frayer la voie à un candidat qui vous soutient et à faire des sacrifices et à donner à un candidat qui vous soutient?» Priest a demandé aux enseignants lors d’un rassemblement devant le capitole mercredi après-midi. «Il faudra plus que ce que nous faisons ces jours-ci pour effectuer un changement en Oklahoma. Nous devons adopter une solution durable.»

Loin d’être une «solution durable», transformer les enseignants en partisans du vote pour les démocrates vise à étouffer la rébellion des enseignants et à subordonner les enseignants à un parti politique bourgeois qui réduira le financement des écoles pour des années à venir.

Cela montre clairement pourquoi les enseignants de l’Oklahoma doivent rompre avec ces organisations anti-ouvrières qui osent s’appeler «syndicats» et lier consciemment leur lutte avec les enseignants et autres travailleurs à travers le pays en vue d’une grève générale.

Dans leurs commentaires mercredi, les collégiens et lycéens ont exprimé avec passion leur détermination à rejoindre les enseignants et les autres travailleurs dans un véritable combat.

Alexis

Alexis Broderick, élève diplômé de Midwest City High School, a déclaré: «Je suis ici parce que je veux changer le monde. Je veux changer le monde pour le rendre meilleur pour ma sœur de 12 ans. Je veux qu’elle ait ses propres livres. Je veux qu’elle ait un pupitre qui ne déchire pas son jean parce qu’il est en mauvais état depuis des années. Je veux qu’elle marche dans des couloirs sans taches de moisissure noires. Est-ce vraiment trop demander?»

«Je veux changer le monde pour nos professeurs. Je veux qu’ils rentrent à la maison le soir, et non pas qu’ils se rendent à leur deuxième ou même troisième emploi. Je sais qu’ils ont eu une augmentation, et je suis heureux pour eux, mais ce n’est toujours pas ce qu’ils valent.»

«Je veux changer le monde dans son ensemble. Je veux vivre dans un monde où la violence armée, le racisme, et le cancer sont éradiqués, où je ne me prépare pas à une fusillade de masse dans tous les lieux publics. Où la voix du peuple est la voix de la nation.»

Une autre élève, la fille d'un enseignant, a dit: «Comment se fait-il que ma mère se fasse traiter de “cupide” parce qu'elle veut que ses élèves aient une bonne éducation? Il faut que les étudiants appuient ce débrayage. Ce débrayage est pour nous. Nos professeurs ne font que le diriger.»

Jill

Jill Overstreet de Bethany High School a déclaré: «Ayant grandi dans une école d’Oklahoma, je pensais que c’était normal que les manuels soient déchirés et qu’on ait des crédits supplémentaires pour apporter notre propre matériel scolaire. Je pensais qu’être dans une salle de classe avec 30 autres élèves était normal.»

«Ce n’est que plus tard que je me suis rendu compte des difficultés vécues par les enseignants: que ce soit acheter des chaussures pour leurs enfants ou payer pour l’essence pour aller à leur deuxième emploi. La lutte pour payer du matériel d’arts plastiques parce que le terrain de football a dû être rénové. Pour maintenir l’amour qu’ils ont pour leur travail tout en essayant de régler leurs factures avec leurs chèques de paie à peine suffisants. Nous ne pouvons pas nous contenter de cela. Les étudiants américains sont là pour se battre avec les enseignants pour les aider à obtenir ce qu’ils méritent. L’histoire nous regarde.»

Ravi

Ravi Patel, un élève diplômé à Southmoore High School, a déclaré: «Nous prouvons que même si nous sommes des adolescents, nous ne resterons plus les bras croisés, car nos enseignants sont persécutés pour avoir lutté pour une éducation équitable. Dans un monde parfait, aucun enseignant ne devrait avoir à se battre jour après jour pour un salaire adéquat.»

«Même Thomas Jefferson a noté l’influence d’un électorat instruit et de l’éducation publique sur la préservation de la liberté de notre nation, et c’était il y a plus de 200 ans. Alors, ne les laissez pas vous dire qu’il n’y a pas d’argent. Ils sont assis dessus. Ceux qui sont assis sur la colline du Capitole de l’Oklahoma (les politiciens) ne devraient pas être en train de se construire une “colline de capital”. Il faut arrêter de faire passer les profits avant les élèves. Il faut arrêter de faire passer les budgets avant nos meilleurs talents. Surtout, il faut arrêter de faire passer l’argent avant notre avenir.»

(Article paru d’abord en anglais le 5 avril 2018)