Oklahoma, Kentucky, New Jersey et Arizona : les grèves d’enseignants se propagent

Une vague d’agitation de la classe ouvrière aux États-Unis suit la grève des enseignants en Virginie occidentale

Par Will Morrow
12 mars 2018

Dans la foulée de l’arrêt par les syndicats de la grève de neuf jours de 33 000 employés des écoles publiques de la Virginie occidentale le 6 mars, les appels à des grèves et à des protestations de la part des enseignants et d’autres sections ouvrières des États-Unis se multiplient, et pourraient échapper au contrôle des syndicats.

Le mouvement des travailleurs les met en conflit direct avec toute la classe dirigeante et les partis démocrate et républicain. La dépendance du système capitaliste à l’égard de la destruction continue des salaires a été soulignée vendredi, lorsqu’un rapport sur l’emploi montrant de faibles augmentations de salaires à conduit à une forte hausse des marchés boursiers.

Les travailleurs de l’éducation de l’Oklahoma, de l’Arizona, du Kentucky et du New Jersey réclament une grève. Dans le Kentucky, plusieurs centaines de travailleurs du secteur de l’éducation ont protesté vendredi à Frankfort contre un projet de loi visant à réduire d’un tiers l’ajustement annuel au coût de la vie à 1,5 % pour les retraites des enseignants, déjà inférieur à l’inflation. Les sénateurs républicains ont annoncé qu’ils reportaient un vote sur le projet de loi.

Jeudi, les enseignants d’au moins 28 écoles du Kentucky ont organisé des « walk-ins », c’est-à-dire, faire une protestation contre la réduction des retraites devant les bâtiments scolaires avant les cours en y entrant tous ensemble.

Stephanie Winkler, présidente de la Kentucky Education Association, a prévenu que le syndicat pourrait être contraint de déclencher une grève pour garder le contrôle sur les travailleurs. « Nous espérons que cela ne sera pas nécessaire », a-t-elle déclaré.

Mardi soir, l’Oklahoma Education Association a publié un avis sur Facebook annonçant une grève au niveau de l’État le 23 avril. Quelques heures plus tard, face à une réaction forte de la part des enseignants qui exigeaient des actions beaucoup plus agressives, le syndicat a été contraint d’enlever l’avis. Il a annoncé que la date de la grève avait été avancée au 2 avril, tout en s’opposant toujours à une grève complète.

Une page Facebook mise en place par un enseignant de l’Oklahoma, « Oklahoma Teachers Walkout-The Time is Now » (Débrayage des enseignants de l’Oklahoma – le temps est venu), est montée à plus de 60 000 membres en une semaine. Les enseignants de l’Oklahoma sont les moins payés ou les deuxièmes moins payés du pays, en dessous de la Virginie occidentale.

En Arizona, une page Facebook mise en place par un enseignant ce week-end, Arizona Educators United, compte désormais plus de 26 000 membres. Les travailleurs sur la page discutent de la tenue de grèves et d’actions de congés-maladie collectives, tandis que le syndicat Arizona Education Association s’est opposé à l’appel à toute grève avant 2019. À la fin du mois dernier, plus de 4000 enseignants du New Jersey ont voté pour une grève.

Les luttes des enseignants inspirent d’autres sections de la classe ouvrière. Plus de 1400 travailleurs de Frontier en Virginie occidentale et dans certaines parties de la Virginie achèvent la première semaine de grève contre les efforts du géant des télécommunications visant à réduire les emplois à temps plein et à réduire les soins de santé et d’autres avantages.

Les travailleurs sur les piquets de grève ont parlé aux journalistes du WSWS mardi et ont exprimé un sentiment croissant pour un mouvement unifié de toute la classe ouvrière. Chris, un travailleur de Frontier avec neuf ans d’ancienneté, a déclaré : « Si tous les enseignants se regroupent, et la même chose pour nous, si tous les travailleurs de la communication se regroupent, il n’y a pas de combat que nous ne pouvons pas gagner.

La croissance de la lutte des classes a une portée internationale. Parmi les nombreuses grèves et manifestations qui se sont développées au cours des dernières semaines, citons :

· Une grève de 300 travailleurs à Windsor, l’usine de pièces d’automobiles ZF-TRW de l’Ontario, qui a débuté hier après que les travailleurs ont rejeté un accord soutenu par les syndicats. Le débrayage a déjà forcé la marche au ralenti de l’usine Fiat Chrysler à Windsor.

· Une grève de 14 jours déjà, de plus de 40 000 conférenciers dans 57 universités du Royaume-Uni contre les réductions de retraites.

· Une grève de conférenciers dans des universités publiques à travers le Kenya contre les bas salaires et les arriérés de salaire a commencé le 1ᵉʳ mars.

· La fermeture des écoles publiques à travers l’Argentine lundi et mardi cette semaine dans une grève de dizaines de milliers d’enseignants contre les coupes dans l’éducation publique et la baisse des salaires réels.

· Une grève de huit jours déjà, de plus de 15 000 travailleurs non universitaires des universités sri-lankaises, qui exigent une augmentation de salaire de 20 %.

· Une grève de plus de 4 000 sidérurgistes iraniens contre le non-paiement de deux mois de salaire et d’arriérés de primes qui entre maintenant dans sa troisième semaine.

Les syndicats sont très conscients de leur rôle dans le contrôle de l’opposition sociale, en la subordonnant au Parti démocrate et en empêchant que les demandes de débrayages ne se développent vers une grève générale.

Ce sont précisément les signes que les enseignants de la Virginie occidentale gagnaient le soutien d’autres sections de travailleurs qui ont fait que les syndicats d’enseignants soient déterminés à mettre fin à la grève. L’American Federation of Teachers-West Virginia et la West Virginia Education Association ont conclu un accord avec le gouverneur milliardaire Jim Justice et les législateurs des États, qui ne fait rien pour répondre à la demande des enseignants de mettre fin aux coûts croissants des soins de santé. L’accord fournit une augmentation dérisoire de cinq pour cent, qui sera financée par des coupes dans les dépenses sociales, y compris Medicaid, le programme de soins de santé pour les pauvres.

Soulignant le caractère pourri de l’accord, le surintendant de l’État, Steven Paine, a annoncé jeudi que les enseignants seront forcés de rattraper les neuf jours manquants à cause de la grève. Il a conseillé aux conseils scolaires locaux d’obliger les enseignants à travailler pendant les vacances de printemps.

Dans une série d’articles et de déclarations inquiets, les médias et les syndicats alignés sur le Parti Démocrate mettent en garde contre les conséquences de l’assouplissement de la camisole de force des syndicats sur les travailleurs. À la suite de la rébellion des enseignants de la Virginie occidentale, ils préviennent que le procès Janus contre AFSCME actuellement devant la Cour suprême des États-Unis, qui permettrait aux travailleurs de choisir de ne pas payer de cotisations syndicales sans payer d’agency fees [qui reviennent à des cotisations forcées] à la place, pourrait affaiblir la capacité des syndicats à réprimer la lutte des classes.

Un article publié dans le New York Times paru jeudi : « Les enseignants de la Virginie Occidentale ont trouvé des façons de s’organiser et d’agir en dehors des paramètres habituels du syndicalisme traditionnel […] La leçon, affirment les experts, est que miner les syndicats du secteur public comme le procès Janus cherche à faire, ne garantira pas la paix au travail. »

Le 1ᵉʳ mars, le Washington Post a publié un article de l’ancien directeur de l’organisation de l’AFT, Shaun Richman, qui avertissait que « les employeurs n’apprécieraient pas le chaos » provoqué par l’affaiblissement des syndicats, affirmant que les travailleurs « feraient des grèves sauvages » et « se dirigeraient vers des organisations plus à gauche et plus combatives. "

Les leçons politiques de la lutte des enseignants de la Virginie occidentale doivent être tirées par des enseignants et d’autres travailleurs en Virginie occidentale, à travers les États-Unis et à l’échelle internationale. La rébellion naissante contre les syndicats corporatistes et anti-ouvrier doit être rendue consciente par la formation de comités d’usine et de lieu de travail, élus par et parmi les travailleurs, afin de mener et d’unifier la lutte avec d’autres sections de la classe ouvrière.

Les travailleurs doivent s’opposer aux tentatives des syndicats de subordonner leurs luttes aux appels au Parti démocrate, qui représente autant que les républicains les intérêts des grandes entreprises et des agences militaires et de renseignement. Le développement d’un mouvement puissant de la classe ouvrière doit être lié à une lutte politique contre les deux grands partis des patrons, l’escalade des inégalités sociales, la guerre et le système capitaliste.

(Article paru en anglais le 10 mars 2018)