Entrevue avec une infirmière de Montréal

Par Nos reporters
31 mai 2014

Après des décennies de compressions budgétaires, les services publics au Canada se sont détériorés.

La cadence et la charge de travail qui augmentent sans cesse, le stress ou encore les salaires qui stagnent ou diminuent sont devenus la norme dans tout le réseau des services publics. Loin d'aller en diminuant, les attaques sur les conditions de vie des travailleurs se sont intensifiées depuis le krach financier de 2008.

Au Québec, les politiques de droite implantées impitoyablement par les deux principaux partis de la grande entreprise, le Parti libéral du Québec et le Parti québécois, ont eu un impact tant sur la qualité et l’accessibilité des services offerts que sur les conditions de travail des employés du secteur public.

 Aussitôt qu’il a pris le pouvoir en avril dernier, le nouveau gouvernement du Parti libéral, dirigé par le premier ministre Philippe Couillard, a annoncé de nouvelles mesures d'austérité qui vont miner davantage les services publics. Brandissant le spectre de la dette, il a rendu clair son intention de réduire dès cette année le déficit budgétaire de 1,75 milliard de dollars en épargnant les fortunes des plus riches et en s’en prenant à la classe ouvrière et aux plus démunis.

 Quant aux syndicats, ils ont, de manière entièrement prévisible, offert leur collaboration aux Libéraux et leur ont assuré que toute «opposition» ne serait que pour la forme.

* * *

Le WSWS s’est récemment entretenu avec une infirmière en soutien à domicile qui travaille dans le réseau des soins de santé publics dans la région de Montréal. Cette infirmière œuvre depuis plusieurs années dans le réseau et a préféré garder l’anonymat.

WSWS : Parlez-nous de l’article que vous avez affiché dans votre milieu de travail?

M : C'est un article paru dans la revue Infirmières, magazine officiel de l'OIIQ [Ordre des infirmières et infirmiers du Québec], qui parlait de la détresse morale des infirmières au travail. C'était surtout lié à ce que l'on nous demande de faire, à la cadence. Ça m'avait interpellé, je l'ai donc affiché dans notre cuisine au travail et puis il a été lu et relu jusqu'à en être chiffonné.

Au début quand j'ai commencé, il y a 15 ans environ, on savait qu'une infirmière au maintien à domicile avait une quarantaine de cas à gérer. Ça pouvait aller de 40 à 50 cas en raison du roulement de patients et de leurs différents états de santé ou des décès. Tranquillement, avec les années, notre charge de travail a augmenté. J'en ai 72 en ce moment et je suis loin d'être la seule dans cette situation. Au même moment, les tâches connexes ont augmenté : ils ont coupé des postes à tous les niveaux. Par exemple, s'ils coupent des postes d'ergothérapeutes, de nutritionnistes ou autres, on doit assumer les tâches qu'elles faisaient. Ça s'est fait tranquillement au fil des années, mais depuis un an, c'est plus flagrant. On se retrouve maintenant dans des situations où il faut décider si nous allons rédiger des rapports (il y a plein, plein, plein de paperasse à remplir), ou voir un patient.

WSWS : Et c'est une situation qui vous semble répandue?

M : Je vais parler pour mon groupe de maintien à domicile : je pense que c'est généralisé. Ce n'est pas seulement chez les infirmières, mais chez l'ensemble des professionnelles, toutes catégories confondues. Je parle des auxiliaires familiales, des ergothérapeutes, des nutritionnistes, des physiothérapeutes.

Il y a beaucoup, beaucoup de changements, surtout depuis 6 mois un an, depuis que le ministre Hébert [Ministre de la santé sous le Parti Québécois de septembre 2012 à avril 2014] a dit qu'il voulait mettre plus d'argent dans les soins à domicile pour désengorger les centres d'hébergement. Il n'y a plus de places pour les personnes âgées en centre d'hébergement. Le but est de les garder le plus longtemps possible à domicile, ce qui est très bien comme idée, car c'est là que ces personnes vont être le mieux. Sauf qu'ils nous demandent de faire ça au même moment qu'ils coupent dans le personnel, sans nous donner de ressources de plus.

J'ai l'impression que ça ne donne rien de parler. Au début, des gens se plaignaient à la direction, mais maintenant, le sentiment est : «il n'y a rien à faire!» En fait, ce fut la réaction de la directrice à l'article que j'avais affiché sur le babillard. Je n'étais pas là, mais elle a laissé un message sur les boîtes vocales des infirmières et des intervenants pour leur dire que si certains voulaient parler de ce qui était soulevé dans l'article, ils pouvaient se présenter à son bureau. Le moment venu, 25 employés étaient dans son bureau et elle ne s'attendait pas du tout à ça. Elle a été obligée de reporter la réunion... elle s'attendait à voir 2-3 personnes plus fragiles dans le groupe. Elle a donc dit : « Je vais vous écouter, mais vous savez, nous avons des directives qui viennent d'en haut, du ministre Hébert, on vous dit ce que l'on nous dit, c'est-à-dire qu'il n'y aura pas plus de personnel, la charge de travail va augmenter... rien ne va changer, et si vous n'êtes pas satisfaits, malheureusement, vous pourriez aller travailler dans le secteur privé ».

Je n'en revenais pas : aller travailler dans le secteur privé! J'ai l'impression que le système de santé publique est géré comme dans le privé.

WSWS : Et le travail, du point de vue des heures supplémentaires?

M : Notre situation est un peu différente du milieu hospitalier. Nous n'avons pas d'heures supplémentaires à faire. Mais voici ce qui a changé : Nous travaillons une fin de semaine sur 4. Quand nous travaillons la fin de semaine, nous avons une journée de congé durant la semaine et, avant, nous étions remplacées durant cette journée. Maintenant, nous ne sommes plus remplacées cette journée-là. Et ça fonctionne maintenant de cette façon pour les congés de maladie, les journées fériées et les vacances aussi. Nous avons toutes sursauté récemment quand on nous a dit que si une infirmière prenait un congé de maladie, une collègue allait la remplacer, mais en conservant en plus toutes ses tâches à elle. Ce qui vient doubler la charge de travail.

Le nombre de patients a augmenté, les tâches sont plus complexes. Tout ce qui est bureaucratie augmente aussi : le nombre de papiers, de rapports et de statistiques qu'il faut faire. Ça s'est vraiment accéléré l'année dernière. Nous avions un échéancier le 31 décembre 2013 de la part de l'agence de santé de Montréal qui venait du ministère de la Santé : il fallait que tous nos dossiers soient à jour. Beaucoup d'infirmières et de gestionnaires ont dû faire des heures supplémentaires.

Ce qu'ils [la direction] font aussi c'est d'individualiser le problème. Ils ne rencontrent toutes individuellement, dans le bureau du directeur, et font des commentaires : «Tu es en retard» ou «Tel dossier n'est pas à jour», «Je pense que tu es mal organisée, car, pour les autres, ça va assez bien. Qu'est-ce qui se passe, est-ce qu'il y a quelque chose qui ne va pas?» Ils nous donnent l'impression que ça va bien pour tout le monde et ils individualisent le problème. Mais c'est un problème général en fait…

WSWS : Quelles sont les conséquences pour les patients?

Un exemple récent : un de mes patients a une plaie et je m'en occupe, mais je ne peux pas lui rendre visite aussi souvent que je voudrais, car on me demande de faire d'autres tâches. Je dois donc déléguer à des infirmières auxiliaires, mais ce n'est pas leur travail de faire ça. Au bout de trois semaines, je me dis que ça n'a plus de bon sang, je dois retourner voir ce patient, et la plaie s'est détériorée de façon épouvantable. C'est le patient qui écope…

WSWS : Quel est l'impact chez vous et vos collègues de travail?

M : L'ambiance de travail est difficile. Il y a une infirmière avec qui je travaille depuis 15 ans qui va prendre sa retraite dans quelques années. C'est une personne qui ne se plaint jamais, qui est en quelque sorte un mentor pour les jeunes infirmières. Nous savons qu'elle s'occupe de nombreux cas difficiles. Quand la direction a annoncé récemment qu'elle changeait le fonctionnement des remplacements durant les absences, cette personne s'est levée durant la réunion et a dit qu'elle ne serait pas humainement capable de faire ça, que c'est là que ça s'arrêtait pour elle. Tout le monde était estomaqué, car personne ne s'attendait à ce que ça vienne d'elle... elle n'est pas du genre à se plaindre. Elle a ajouté « Si ça continue comme ça, je pars en congé de maladie. Je vais faire un burnout.»

WSWS : Comment avez-vous vécu les conséquences des retraites forcées et des fermetures d'hôpitaux à la fin des années 1990?

M : C'est sûr que l'on a vécu des changements importants, mais peut-être que j'avais plus d'énergie à l'époque, mais je l'ai moins senti. Aujourd'hui, c'est tout simplement trop. Et je crois que ces changements sont restés évidemment.

WSWS : Et ce n'est pas seulement dans le milieu de la santé. Dans toutes les sphères de la société on demande aux travailleurs d'en faire plus avec toujours moins de ressources.

M : Oui, on peut dire ça de l'éducation entre autres. Il y a de moins en moins de ressources. Les professeurs font souvent des burn-out aussi. Il n'y a pas de ressources pour les enfants qui ont des problèmes à l'école. La prof de ma fille est extraordinaire et elle fait tout ce qu'elle peut, sauf qu'elle est partie en burn-out.

WSWS : Vous êtes dans un milieu syndiqué...

M : Oui, j'ai appelé le syndicat. Je ne suis pas syndicaliste et je ne vais jamais à leurs réunions, mais je voulais les mettre au courant de ce qui se passait au maintien à domicile. […] Le syndicat nous dit que la situation est la même dans tous les syndicats, mais notre directeur dit qu'au « CLSC Métro ça va très bien, ils sont capables de s'organiser, je ne comprends pas pourquoi ici nous avons des problèmes, vous devez être bien mal organisées...»

La représentante [du syndicat] est venue me voir récemment et je lui ai dit que j'avais laissé un message au syndicat, ils m'ont rappelé et m'ont dit qu'il soulèverait la question avec la direction. Mais ça n'a pas encore été fait.

Par exemple, si je ne réponds aux exigences de ma tâche, la direction va m'appeler pour me rencontrer. Je pourrais alors appeler un représentant syndical qui va s'asseoir avec moi dans le bureau de la direction, mais je ne sais pas qu'est-ce que ça donnerait en fait.

WSWS : Il faut se rappeler que c'est grâce aux syndicats si le PQ a pu imposer les mesures du déficit zéro, malgré l'opposition populaires. Pour véritablement améliorer leurs conditions de travail, les travailleurs ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

M : La plupart des infirmières de mon étage sont désabusées: il n'y a personne qui va voir le syndicat. Très peu vont à notre réunion syndicale. Souvent, ils n'ont même pas le quorum et doivent annuler la réunion. Il y en a quelques-unes qui sont plus impliquées, mais il y a peu d'entre nous qui font confiance au syndicat. Nous pensons que ça ne donnera pas grand-chose. Dernièrement, nous avons décidé que nous aurions une réunion, sans les syndicats, sans les patrons, pour décider de ce que nous pouvons faire.