La guerre commerciale et l’éruption du nationalisme économique

Par Nick Beams
23 juin 2018

Il y a un an, il y avait un conflit dans les principaux organismes économiques internationaux au sujet du refus des États-Unis d’inclure un engagement à « résister au protectionnisme » dans les communiqués et les déclarations.

Cette expression avait été régulièrement invoquée par des organisations internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI) et le G20 en réponse à l’éclatement de la crise financière mondiale en 2008. En effet, les dirigeants des grandes puissances capitalistes se félicitaient de l’effondrement économique le plus important depuis la Grande Dépression, ils n’allaient pas suivre la voie des années 1930.

Les leçons de l’histoire avaient été apprises, affirmaient-ils, et il n’y aurait pas de répétition de la guerre commerciale et d’autres mesures protectionnistes qui ont joué un rôle clé à la fois dans l’approfondissement de la Grande Dépression et dans l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale.

Douze mois après le déclenchement de la guerre des mots, quelle est la situation ?

Les États-Unis, invoquant la « sécurité nationale », ont imposé des droits allant jusqu’à 25 pour cent sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance de l’Union européenne, du Canada et du Japon. L’UE imposera aujourd’hui des tarifs douaniers par mesure de rétorsion, et le Canada se prépare également à imposer des tarifs douaniers aux États-Unis.

Le mois prochain, les États-Unis commenceront à imposer des droits sur des produits chinois de 50 milliards de dollars, destinés à des produits de haute technologie, avec des menaces d’imposer 200 milliards de dollars de marchandises chinoises supplémentaires et 200 milliards de dollars supplémentaires par la suite si la Chine met à exécution sa menace de riposter.

La principale question du conflit avec la Chine n’est pas principalement le déficit commercial américain – les États-Unis ont rejeté les propositions de la Chine pour accroître ses importations en provenance des États-Unis – mais les mesures prises par Beijing pour renforcer ses capacités industrielles et technologiques. Les États-Unis considèrent cette perspective comme une menace à la fois pour leur suprématie économique et militaire.

Dans un commentaire publié cette semaine dans le Wall Street Journal, Peter Navarro, conseiller économique de la Maison-Blanche de Trump, a précisé que ce qu’il appelait « le plan audacieux de Beijing pour dominer les industries technologiques émergentes » ne serait pas toléré, que l’investissement en « technologies stratégiques » par la Chine posait « le plus grand risque à la base industrielle américaine dans les secteurs : manufacturier et défense » et que « la sécurité économique est la sécurité nationale ».

En d’autres termes, la guerre économique menée par les États-Unis est liée à la volonté de réduire la Chine au statut de semi-colonie économique et ce programme sera imposé par des moyens militaires si nécessaire.

Les mesures de guerre commerciale imposées par les États-Unis contre leurs « alliés stratégiques » et contre ce qu’ils appellent leur « concurrent stratégique », la Chine, sont, du point de vue du développement des forces productives de l’homme, totalement irrationnelles.

Pendant les huit décennies qui se sont écoulées depuis les désastreuses guerres tarifaires et monétaires des années 1930, l’économie mondiale est devenue un organisme beaucoup plus profondément intégré avec pratiquement toutes les marchandises, produites par une division internationale du travail qui est vaste et complexe et dans laquelle beaucoup des composants des produits traversent des frontières internationales plusieurs fois avant qu’ils apparaissent sous leur forme définitive.

Mais l’irrationalité même des mesures américaines, imposées sous la bannière de « rendez l’Amérique formidable à nouveau », ne signifie pas du tout qu’il y aura un certain recul.

Au contraire, comme l’observait Trotsky il y a 80 ans, alors que la perspective d’un développement économique harmonieux sur une base nationaliste était totalement impossible, le nationalisme économique d’un État autoritaire ou fasciste était une « réalité menaçante dans la mesure où il concentre toutes les forces économiques de la nation pour la préparation d’une nouvelle guerre. » Ces mesures signifiaient qu’une nouvelle guerre mondiale « frappe à la porte ».

Les avertissements de Trotsky résonnent dans la situation politique internationale actuelle. Dans tous les pays, les préceptes de la démocratie libérale sont déchirés par la réapparition des formes autoritaires et fascistes qui ont caractérisé les années 1930. Aujourd’hui, comme dans cette période, « Tout le monde se défend contre tout le monde, se protégeant par une barrière douanière et une haie de baïonnettes ».

Comme l’a souligné le WSWS dans la perspective d’hier, il y a maintenant une guerre mondiale contre les immigrants. Aux États-Unis, des raids semblables à ceux de la Gestapo sont lancés avec l’utilisation d’un langage contre les immigrants qui rappelle celui du régime nazi en Allemagne. La politique européenne est dominée par l’émergence de mouvements de plus en plus de droite et de fascistes – en Allemagne, en Italie, en Hongrie et ailleurs – parlant avec la voix de ceux qui ont perpétré les pires crimes du XXᵉ siècle.

Le fait que les États-Unis soient le fer de lance de l’effondrement de l’ordre économique dans son ensemble et des conséquences politiques qui en résultent – alors que ce pays est le prétendu garant de la stabilité internationale – a la plus profonde importance historique.

Le déclenchement de la guerre commerciale et le retour au nationalisme économique sont le résultat de contradictions profondes et insolubles au sein du système capitaliste mondial, surtout entre le caractère global de l’économie et la division du monde en États-nations rivaux et grandes puissances, luttant les uns contre les autres pour les marchés et les profits.

Dans les dernières années des années 1930 et dans les années de guerre, des sections clés de l’establishment politique américain ont conclu que tout retour aux politiques nationalistes de cette décennie provoquerait un désastre économique et créerait les conditions d’une révolution socialiste. Cette compréhension a été à la base de la construction de l’ordre de l’après-guerre basé sur la promotion du libre-échange et le renoncement aux mesures économiques protectionnistes, des mesures de type « chacun pour soi ».

Plutôt que de chercher à écraser ses anciens rivaux économiques et stratégiques, les États-Unis cherchaient à promouvoir leur croissance économique par des mesures telles que l’accord monétaire de Bretton Woods, le plan Marshall et l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce. Ces politiques n’ont pas été menées sur la base de la bienveillance américaine, mais étaient fondées sur l’estimation de son propre intérêt – la reconnaissance que le progrès économique des États-Unis dépendait de l’expansion de l’économie mondiale dans son ensemble.

Ces conceptions ont formé la base de l’ordre économique d’après-guerre. Mais la croissance même de l’économie mondiale a progressivement miné la position dominante des États-Unis dans l’économie mondiale. Au cours des 30 dernières années, la mondialisation de la production a accéléré cette tendance. Maintenant, les États-Unis sont face non seulement à la puissance économique croissante de leurs anciens rivaux, l’Europe et le Japon, mais à l’émergence d’un nouveau « concurrent stratégique » sous la forme de la Chine.

Des sections de l’élite dirigeante des États-Unis sont arrivées à la conclusion qu’au lieu d’améliorer la position des États-Unis, ce même système d’après-guerre qu’ils avaient construit les minait maintenant. Cette évaluation n’a pas commencé avec l’Administration Trump, mais a formé le centre des politiques économiques internationales de l’Administration Obama. Il a insisté sur la nécessité de construire un nouveau système, fondé non sur le multilatéralisme, mais sur la mise en place d’un nouveau régime qui placerait les États-Unis au centre d’un réseau de relations économiques mondiales.

C’était le noyau nationaliste de la proposition de l’Administration Obama pour un partenariat trans-Pacifique, excluant la Chine et les plans correspondants d’Obama pour l’Europe.

Alors que Trump a abandonné ces deux plans, le nationalisme économique qui formait leur contenu essentiel a été développé, et développé sous une forme encore plus virulente. L’objectif est de rétablir la domination économique des États-Unis par tous les moyens nécessaires : la poursuite de la guerre commerciale, le nationalisme économique, accompagné nécessairement de mesures de plus en plus autoritaires, et l’affirmation de la puissance militaire américaine aux quatre coins du monde.

Même s’ils critiquent l’imposition de tarifs par Trump sur les alliés de l’OTAN aux États-Unis, les Démocrates ont fait l’éloge des mesures de guerre commerciale du président américain contre la Chine et ont même exigé leur expansion. Le soutien bipartisan de ces politiques montre clairement que la guerre commerciale et le protectionnisme ne sont pas simplement un produit de Trump, mais du capitalisme américain.

Il y a ceux qui espèrent vainement qu’en quelque sorte, face à la folie de la guerre commerciale et du nationalisme économique, les États-Unis peuvent être amenés à voir la raison et à entreprendre au moins une correction de cap, sinon un renversement. C’est une illusion. Il ne peut y avoir de retour au passé, parce que les fondements économiques sur lesquels il s’appuyait ont été brisés.

Le seul moyen de sortir de l’effondrement du système capitaliste mondial et de toutes les horreurs qui en découlent est la lutte unie de la classe ouvrière internationale pour le pouvoir politique et la transformation socialiste du monde.

(Article paru d’abord en anglais le 22 juin 2018)