Une enseignante de Louisiane emprisonnée pour avoir pris la parole lors d'une réunion du conseil scolaire

Par Nancy Hanover
13 janvier 2018

Une enseignante d'école publique en Louisiane a été sommairement arrêtée, malmenée, menottée et emmenée en prison le 8 janvier dernier lors d'une réunion du conseil scolaire public dans la paroisse de Vermilion, à 240 km à l'ouest de La Nouvelle-Orléans.

Deyshia Hargrave, une enseignante d'anglais à l'école, a été victimisée après avoir fait part de son opposition à une augmentation de salaire proposée pour le surintendant de l'école et après avoir invoqué les dix ans de gels de salaires pour les employés de l'école.

L'incident entier, y compris les mots bien choisis de l'enseignante Hargrave, a été filmé et est devenu viral. (La deuxième partie du commentaire d'Hargrave, qui conduit à l'arrestation commence à 6:15).

L'enseignante de Vermilion escortée hors du conseil scolaire les menottes aux poignets

 

La réunion du conseil scolaire de la paroisse de Vermilion était bondée d'enseignants qui s'opposaient à une augmentation salariale de près de 38.000 $ pour le surintendant Jerome Puyau, qui gagne déjà 110.190 $ par an. Les enseignants de la paroisse, membres de l'Association des éducateurs de Louisiane, n'ont pas reçu d'augmentation depuis une décennie.

Hargrave a commencé ses remarques en s'identifiant comme une enseignante à la Rene Rost Middle School. D'une voix calme et contrôlée, elle a déclaré: «J'ai un sérieux problème avec le surintendant ou toute personne occupant un poste de direction qui obtient une augmentation quelconque. J'ai l'impression que c'est une gifle pour les enseignants, les travailleurs de la cafétéria et tout le personnel de soutien que nous avons. Nous travaillons très dur avec très peu ... Ces dernières années, j'ai vu la taille des classes augmenter énormément.»

Faisant référence aux affirmations selon lesquelles les meilleures évaluations du district justifient l'augmentation des salaires, elle a déclaré: «Je me fiche que les objectifs de performance aient été atteints, vous rendez notre travail encore plus difficile. Nous passons au travers des obstacles et nous continuons à atteindre ces objectifs ... C'est une journée triste, très triste dans la paroisse de Vermilion … Nous faisons le travail, les étudiants font le travail.»

«Au sommet, ce n'est pas là que les enfants apprennent. C'est dans la salle de classe. Et ces enseignants, comme moi, ne reçoivent pas un centime de cela. C'est épouvantable.»

«Ma seconde préoccupation est que vous êtes en train de faire ce vote avec un homme qui, par chance, a connu untel, peu importe comment cela s'est produit. Les gens ne l'ont pas choisi à ce poste. S'il veut être élu et que les gens le choisissent, alors vous pouvez faire votre contrat et vos augmentations et tout ce que vous jugez nécessaire.»

«Je sens que je parle au nom de plusieurs et pas seulement pour moi-même ... Beaucoup d'enseignants ont peur de parler ... Je veux utiliser le mot ''absurde'' pour décrire qu'on puisse décider de donner une telle augmentation quand les enseignants qui travaillent dur ne reçoivent rien du tout.»

Un marshal jette l'enseignante au sol

La vidéo montre que Hargrave a en effet parlé pour de nombreux enseignants. Dans la même veine critique, une autre personne a posé des questions sur la dernière évaluation du directeur, mais a été interrompue par le président du conseil, Anthony Fontana, qui a déclaré que les questions, plutôt que les commentaires, étaient «irrecevables». Le conseil a alors entamé le vote pour approuver le contrat de Puyau et discuter du montant de l'augmentation. Au milieu de la discussion, on entend un enseignant dire haut et fort: «Ce n'est pas un gouvernement démocratique alors», à l'accord général de la foule.

Au cours de la discussion, le président a une fois de plus donné la parole à Hargrave. «Comment allez-vous donner cette augmentation? Quand j'ai commencé à enseigner l'anglais, nous avions 21 enfants dans une classe, et maintenant nous en avons 29. Et nous n'avons pas eu d'augmentations. Vous prenez essentiellement notre argent», a conclu l'enseignante.

Fontana, qui a voté en faveur du contrat de Puyau, a tenté d'empêcher toute discussion à ce stade, en disant: «Arrêtez maintenant, ce n'est pas pertinent à l'ordre du jour», a-t-il déclaré face à la colère grandissante des enseignants: «Oui, ça l'est!».

«Ce qui est à l'ordre du jour, c'est le contrat du directeur», a-t-il répondu. Les enseignants ont répondu: «Avec une augmentation!» «C'est ce dont je parle», ajoute Hargrave, toujours calmement, mais avec force. «Comment prenez-vous une augmentation – vous la prenez essentiellement des enseignants, des employés sous vos ordres, quand vous avez des classes aussi grandes? Cela correspond à ce sur quoi vous venez de voter », a-t-elle souligné.

Photo de Deyshia Hargrave prise par la police

À ce stade, un marshal en uniforme s'approche d'Hargrave en menaçant: «Pars ou je t'évince de force.» Les enseignants autour d'elle crient: «Elle avait la parole.» Et comme elle est forcée de quitter la pièce, de nombreux commentaires se font entendre: « C'est assez triste», «C'est la chose la plus honteuse que j'ai jamais vue.»

Peu de temps après, la pièce s'échauffe alors que quelqu'un crie: «Ils la menottent.» Comme on le voit dans la vidéo, Hargrave hurle d'horreur. La caméra montre l'enseignante couchée et menottée dans le couloir, et nous entendons l'adjoint déclarer après le fait, et incroyablement, «Cessez de résister.»

Hargrave a été emmenée dans une voiture de police, conduite en prison et accusée de «rester après avoir été interdite» et de «résister à un policier». Elle a envoyé un cautionnement alors que des accusations étaient portées, cependant, le procureur municipal d'Abbeville, Ike Funderburk, a subséquemment affirmé qu'elle ne serait pas formellement accusée ni poursuivie. Il a tenté de distancer la ville du marshal, qui est un agent employé par la commission scolaire, affirmant qu'il «n'agissait pas à titre officiel au nom de la ville d'Abbeville».

Après le retrait de Hargrave, le conseil a approuvé le nouveau contrat de Puyau et augmenté son salaire de 110.190 $ à 140.188 $.

Après la réunion, Fontana a défendu ses actions, en comparant la maltraitance et l'arrestation de l'enseignante, et mère, avec l'expulsion d'un étudiant indiscipliné d'une salle de classe. «Si un enseignant a le pouvoir d'envoyer un étudiant, qui agit mal et qui ne peut être contrôlé, hors de la salle de classe vers le bureau du directeur, en vertu de notre politique, nous avons les mêmes règles», a déclaré Fontana. «Nous avons certaines règles: un discours de trois minutes, ça doit être civilisé, ça ne peut pas dévier de la cible, ça doit être lié à la question devant le conseil d'administration.»

Le marshal, insiste Fontana, «a fait exactement ce pour quoi il a été engagé ... C'est elle qui a fait les choix qui l'ont fait arrêter.»

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) de Louisiane a publié une déclaration affirmant que «l'expulsion de Deyshia Hargrave d'une réunion publique et son arrestation ultérieure sont inacceptables et soulèvent de sérieuses préoccupations constitutionnelles. La Constitution interdit au gouvernement de punir ou de se venger des personnes qui ont exprimé leurs opinions, et le fait qu'un instituteur ait été arrêté lors d'une réunion publique du conseil scolaire est particulièrement troublant.»

Le fait que la vidéo soit immédiatement devenue virale montre à quel point les commentaires de Hargrave résonnent parmi des dizaines de millions de travailleurs qui ont vu leur niveau de vie décliner et les services essentiels privés de ressources. Peu importe la taille de l'institution officielle, sa réponse instinctive à toute contestation de l'inégalité est la matraque de la police et la répression.

(Article paru en anglais le 10 janvier 2018)