La fin de la neutralité du Net et la lutte pour la défense de l’Internet libre

Par André Damon
16 décembre 2017

La Commission fédérale américaine des communications (FCC) a voté jeudi pour renverser les règles, connues sous le nom de neutralité du Net, qui obligeaient les fournisseurs d’accès Internet à traiter toutes les données sur Internet de la même façon et leur interdisait de limiter l’accès des utilisateurs à certains sites ou services.

La décision annonce une nouvelle ère dans les communications sur Internet, où les géants d’Internet et de la technologie comme AT&T, Verizon et Comcast régulent les informations auxquelles les gens ont accès.

Depuis l’émergence de l’Internet à haut débit, la Federal Communication Commission fonctionnait de facto selon les principes de neutralité du Net, notamment dans une déclaration de 2005 selon laquelle « les consommateurs ont le droit d’accéder au contenu légal de leur choix sur Internet » et que « les consommateurs ont le droit d’utiliser librement les applications et les services qu’ils choisissent ».

En 2015, la FCC a officialisé ces règles, classant l’accès haut débit comme un « service de télécommunication » et déclarant qu’'« une personne fournissant un service d’accès à l’Internet haut débit ne doit pas bloquer le contenu, les applications, les services ou les appareils non nuisibles », et que les fournisseurs d’accès à Internet, « ne doivent pas réduire ou dégrader le trafic d’Internet licite sur la base du contenu Internet ».

La décision de jeudi élimine ces règles dites « bright line » (NDT : critère de démarcation nette entre ce qui est légal et ce qui est illégal) contre la censure, et envoie un message clair aux fournisseurs de services internet qu’ils sont libres de « bloquer » et de « dégrader » la distribution de contenu Internet à volonté.

Il est difficile d’exagérer les implications capitales de la décision. Elle permet à une petite cabale de fournisseurs de services Internet à domicile et de transporteurs de données mobiles d’imposer une liste noire de sites web et de services d’opposition, bloquant ainsi l’accès à ceux-ci pour presque tous les Américains.

Lors de l’audition de jeudi, les responsables de la FCC ont minimisé avec insouciance un tel scénario, déclarant que les lois du marché libre ne permettraient pas une inscription flagrante sur liste noire et que les clients pourraient simplement changer de service si les FAI pratiquaient la censure. Leurs arguments spécieux et intéressés ont ignoré le fait que, pour la plupart des Américains, le service Internet n’est pas un marché libre, 50 millions de personnes n’ayant qu’un seul fournisseur de services à haut débit parmi lesquels choisir, et la plupart n’en ayant que deux.

De manière tout aussi inquiétante, la fin de la neutralité du Net ouvre une nouvelle ère de discrimination de classe. Au fur et à mesure que les monopoles Internet augmenteront leurs tarifs, ils introduiront de multiples niveaux de service, la plupart des utilisateurs étant forcés, sous la pression économique, de prendre des offres au contenu très restreint. L’échange libre et ouvert d’idées, dans la mesure où il existera, sera réservé aux riches.

La fin de la neutralité de l’internet est un élément de toute la politique de l’administration Trump, qui a immensément renforcé le pouvoir de l’oligarchie corporatiste et financière au moyen de la déréglementation, des réductions d’impôts et d’autres mesures de droite.

Alors que certains démocrates se sont affirmés défenseurs de la neutralité du Net, le Parti démocrate a été à l’avant-garde de l’attaque contre la liberté d’expression sur Internet. Le président du conseil d’administration de la FAC, Ajit Pai, qui mène l’offensive contre la neutralité du Net, y a été nommé pour la première fois par le président Obama. La NSA et la CIA, avec le soutien des Démocrates et des Républicains, ont travaillé avec les grands FAI pour surveiller les communications et les activités sur Internet des gens du monde entier.

En outre, les démocrates, avec le New York Times et le Washington Post de Jeff Bezos et les principaux réseaux de télévision, mènent une campagne contre la liberté d’expression sur Internet, sous prétexte de combattre les « fausses nouvelles » et les « ingérences » étrangères.

Facebook, YouTube et Twitter ont embauché des dizaines de milliers de censeurs pour interdire et bloquer les contenus « offensants » et « faux », tandis que Google, le plus grand moteur de recherche au monde, a modifié son algorithme de recherche pour faire en sorte que les sites web de gauche, surtout le World Socialist Web Site n’apparaissent pas dans les résultats de recherche pour des dizaines de milliers de termes importants.

L’opposition platonique des Démocrates aux mesures visant à mettre fin à la neutralité du Net est en grande partie liée aux intérêts des grands groupes d’Internet comme Google et Facebook, qui craignent d’avoir à payer des FAI pour des débits supérieurs. Cependant, ces entreprises ont montré qu’elles sont parfaitement disposées à conclure des accords avec les FAI quand cela est dans leur intérêt.

En 2010, Google a travaillé avec Verizon sur un accord visant à privilégier son propre contenu (y compris sur YouTube qui appartient à Google), ce qu’il peut désormais faire avec l’abolition de la neutralité du Net. Un tel arrangement s’appuierait sur les propres efforts de Google pour censurer Internet au moyen de la manipulation de ses résultats de recherche.

Dans la nouvelle ère de la censure, les intérêts économiques des grandes entreprises et les objectifs politiques de la réaction sociale deviennent de plus en plus les mêmes. Les principaux partisans de la censure ont été les principaux journaux et chaînes de télévision, qui ont vu une baisse massive du lectorat et des téléspectateurs alors que les utilisateurs cherchent des alternatives à leur propagande banale et sponsorisée par l’État. Les conglomérats médiatiques voient dans la censure d’Internet non seulement un moyen de récupérer des parts de marché, mais de reprendre le contrôle du récit politique qu’ils ont perdu face aux publications sur Internet.

La fin de la neutralité du Net a provoqué une opposition généralisée parmi les travailleurs et les jeunes. Cette opposition, animée par les peurs de ce qui va venir, se solidifiera en protestation sociale une fois que la réalité de la censure se fera sentir.

Dans les luttes à venir, une chose doit être clarifiée : la censure est la conséquence inévitable du système capitaliste, qui a pour objectif non la liberté, mais la domination. C’est le corollaire d’inégalités sociales sans précédent et de la marche de la classe dirigeante à la guerre mondiale.

La lutte pour défendre l’Internet libre et ouvert est la lutte pour abolir la domination de l’oligarchie corporatiste et financière sur la société et la politique. Les monopoles des télécommunications, ainsi que toutes les banques et sociétés géantes, doivent être transformées en services publics, fondés sur le besoin social et non sur le profit privé. L’accès à Internet est un droit social fondamental, qui doit être librement accessible à tous, sans l’ingérence des entreprises ou de l’État.

La force sociale capable de défendre un Internet libre est la classe ouvrière. L’objectif fondamental de la censure sur Internet est de prévenir ou de réprimer l’émergence d’une opposition ouvrière à la politique de l’oligarchie. L’opposition à l’imposition du contrôle des entreprises doit être liée à la lutte contre les inégalités sociales, la pauvreté, le chômage et la guerre.

Le World Socialist Web Site a été le premier à sonner l’alarme à sujet de la censure d’Internet par Google. Il continuera d’être à l’avant-garde de la lutte pour la liberté d’expression sur Internet, inséparable de la lutte pour mettre fin au capitalisme et le remplacer par le socialisme.

(Article paru en anglais le 15 décembre 2017)